Quel est le taux maximal légal de d’assurance vie ?

De nos jours l’assurance vie n’est plus réservée à une classe d’élite. C’est un produit d’épargne à long terme. Elle permet à tout souscripteur de bénéficier de certains avantages financiers au moment de sa retraite mais également de transmettre son capital après son décès. Mais pour l’assurance vie quel est le taux maximal légal exigé par loi ?

L’assurance vie

L’assurance vie vous donne assez d’avantages. D’abord il vous permet de venir à bout des problèmes financiers en cas de besoin. Il permet également au souscripteur de léguer ses biens à un ou plusieurs bénéficiaires de son choix. L’assurance vie possède assez de contrats. Entre autre nous avons le contrat mono support et le contrat multi support. Chaque souscripteur a le droit de choisir ce qui lui convient du moment où il en est satisfait. Aussi lorsque votre épargne dépasse 8ans de souscription à l’assurance vie, vous êtes déchargés de toute obligation relative aux impôts sur le contrat.

Assurance vie : le taux maximal avant et après 70ans

L’assurance vie permet au souscripteur de transmettre son capital à son bénéficiaire. Mais est ce qu’il y a un taux à ne pas dépasser à l’assurance vie ? Aucune base légale ne fixe cela. Ce pendant lorsque vous atteignez un seuil donné, la fiscalité qui est appliquée au moment de vos retraits est considérable.

Dans le domaine fiscal, le montant versé par le souscripteur durant le contrat avant les 70 ans est transmis à son successeur. Mais ceci dans les limites de 152 500€ pour chaque bénéficiaire choisi. Un autre abattement s’applique lorsque le souscripteur dépasse les 70 ans. Il est donc de 30 500€. L’avantage ici est que ce plafond ne concerne pas les capitaux transmis mais les versements réalisés.

Ici il faut juste comprendre qu’en matière de succession d’assurance vie, le bénéficiaire a de nombreux avantages. Car la somme transmise après le décès de l’assuré n’est pas soumise aux règles successorales classiques. Mais toutefois lorsque si la somme transmise est exagérée, la loi considère cela comme un abus. Et donc une partie du capital est réintégré dans l’actif de la succession. Face à tout cela il est nécessaire de fixer un plafond de cotisation. Et cela doit se faire selon la situation de chaque souscripteur.

Pour finir sachez tout de même que pour le calcul de la fiscalité le seuil est fixé à 150000€.

Source : http://assurance-vie.eu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *